Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 16ème dimanche ordinaire B - Marc 6, 30-34

 

Chers Frères et Soeurs,

 

         Jésus a envoyé ses apôtres en mission, pour annoncer à tous la Bonne Nouvelle du Royaume des cieux. Les voilà maintenant qui reviennent de leur mission et ils racontent à Jésus tout ce qu’ils ont pu déjà réaliser. Ne sont-ils pas des disciples, les élèves de leur rabbi Jésus Christ? Ils lui doivent tout, c’est Lui qui les a formés et enseignés ; maintenant ils lui font part des difficultés qu’ils ont rencontrées, et aussi de leurs réussites... Ils partagent avec Jésus la joie qu’ils éprouvèrent lorsque beaucoup de gens accueillirent la Parole de Dieu dans des coeurs bien disposés et firent l’expérience de la foi et de la confiance en Dieu.

         Nous aussi, nous connaissons de ces périodes d’activité intense, entrecoupées heureusement  de périodes de repos, durant lesquelles nous pouvons réfléchir, nous souvenir et nous réjouir, pleins de gratitude, pour ce que nous avons pu partager. Ce temps nous permet de jeter un regard rétrospectif sur „le  travail de nos mains“, cela nous permet de rassembler nos forces. Nous faisons de l’ordre dans nos pensées, nous retrouvons une vision d’ensemble et nous pouvons nous engager à neuf … Quand Jésus vit à quel point les apôtres s’étaient donnés de la peine, il leur dit: „Venez dans un endroit désert, où nous serons seuls, et reposez-vous un peu.“ Lui aussi, donc, leur a accordé cordialement quelques „vacances“. Ils ont voulu aller à l’écart avec Jésus et se ressourcer dans un lieu apaisant.

         Pour beaucoup d’entre nous l’été est un temps de détente, de vacances, de temps libre et de ressourcement. Ce temps nous est offert, réjouissons-nous !

Et découvrons plus en profondeur qui nous sommes, que nous n’avons pas à vivre uniquement à la surface des êtres et des choses, mais bien à nous ouvrir à ce qui vaut vraiment la peine : à tout ce qui est beau et aimable, l’amitié, la famille, l’art, la nature et les cultures. 

MAIS  n’oublions pas une chose fondamentale : de même que les apôtres, durant leurs „vacances“, ne se sont pas séparés de Jésus, le Fils de Dieu, mais les ont passées dans sa proximité, ainsi efforçons-nous de transformer notre temps de détente en un temps de solidarité cordiale avec Dieu. Il n’est pas question de „vacances“ dans notre relation avec Dieu. Car, c’est justement quand nous avons davantage de temps qu’il ne faudrait pas que la prière fasse souvent défaut! Est-ce que ce ne devrait pas être tout le contraire? Que consciemment nous orientions de fréquents temps libres à la lumière de la présence de Dieu, lui qui rend possible et qui nous donne toutes ces merveilles de notre vécu quotidien!

 

         Une autre chose encore devrait nous tenir à coeur: durant le temps de vacances aussi faisons du bien autour de nous, faisons chaque jour notre B.A., soyons de „bons samaritains“! N’oublions pas les besoins et les souffrances de tant de nos contemporains. Chaque fois que nous pouvons faire quelque chose, soyons disposés à offrir notre aide, ne serait-ce qu’une parole de consolation et d’encouragement, dans ces moments partagés avec des personnes seules ou malades.

C’est ce que nous rappelle l’évangile d’aujourd’hui : lorsque Jésus et les Apôtres  furent arrivés à cet endroit apparemment désert de l’autre côté du lac, les voilà accueillis par une foule de gens. Ne voulaient-ils pas à nouveau entendre les paroles de Jésus et se mettre à son école ? Qu’a fait Jésus alors? A-t-il renvoyé les foules contre leur gré? Pas du tout, il leur a consacré son temps et « il les instruisit longuement », dit l’évangile, car « ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger. » Le repos indispensable, il ne le trouvera que plus tard...

Quant à nous, ne perdons ni courage ni patience ! Dieu nous donnera toujours la force de nous impliquer en faveur de ces personnes qui ont besoin de notre soutien et de notre attention. C’est ainsi que la paix du Christ nous est donnée, cette paix qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer. Un jour, c’est Dieu lui-même qui nous ouvrira les bras pour partager l’action de grâce pour toute la peine que nous avons prise dès maintenant à la suite de Jésus Christ, notre vrai chemin de vie !

 

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle