Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du Jeudi Saint B - Jean 13, 1-15

 

 

 

Chers frères et sœurs,

 

En guise d’homélie ce soir, je vous propose une brève méditation à partir du tableau d’Arcabas représentant le lavement des pieds en-haut et l’Eucharistie en-bas. Ils sont les deux faces du même mystère. Deux couleurs les lient. Tout d’abord le rouge du vêtement de Jésus, du serviteur. Rouge, couleur du don de soi, de l’amour. Notons qu’ici le rouge tend vers l’orange, comme si le colorant jaune de la divinité l’avait déteint… Car si dans le mystère que nous contemplons ce soir, Dieu caché se révèle dans toute son humanité, c’est là qu’il nous faut y trouver le divin. Il y a le blanc aussi, couleur du linge qui essuie le pied et aussi de la nappe qui accueille le geste du pain et du vin partagés.

 

Une autre chose me frappe dans ce tableau : Arcabas ne montre pas le visage de Jésus. Du coup, nous sommes automatiquement appelés à nous concentrer sur ses mains pleines de tendresse. Mais s’il ne peint pas le visage à Jésus, n’est-ce pas aussi parce que chacun de nous est appelé à être ce visage ? « Faites ceci en mémoire de moi »… Ou encore, nous sommes appelés à reconnaître son visage dans tous les gestes simples et humbles d’amour, de partage et de don de soi. « Oh Jésus, laisse-moi, laisse-nous être tes mains, fais que nous devenions Eucharistie »…

 

La main gauche a un côté masculin. Elle soutient le pied avec fermeté, comme on soutient la tête d’un mourant pour l’aider à boire, comme on soutient son frère dans l’épreuve quand il n’en peut plus… La main droite a des traits féminins ; elle essuie le pied avec délicatesse, comme le font tant de mères, tant d’infirmières, comme le fera Véronique quand elle essuiera le visage de Jésus sur le chemin de croix…

 

Le pied ressort particulièrement du tableau. Il en constitue le centre. Les dernières gouttes d’eau coulent dans le bassin, le pied est bien propre. Mais ne s’agit-il pas d’abord et surtout d’une propreté intérieure ? Grâce à l’amour du Christ qui s’est fait le serviteur de tous, nous sommes purifiés, remis debout. C’est le sens du baptême…

 

 

Le tableau du bas frappe par sa sobriété, sa simplicité. Une simple nappe blanche –ou est-ce un drap, un linceul ?- a été posé sur la table ainsi qu’une assiette creuse, un verre à vin, un morceau de pain et du vin rouge dont le reflet sur la nappe est orange. Des objets simples, empruntés au quotidien de n’importe quelle famille... Le pain commence à être rompu. Nous entrons dans le mystère de Pâques.

 

Le Christ Eucharistie se laisse découvrir dans notre vie telle qu’elle est. Il n’est pas loin, Il est tout proche, Il est présent dans le pain et le vin que nous partageons lors de nos célébrations et qui sont Son corps et Son sang. Mais le mystère que nous contemplons ce soir nous dit aussi que le Christ Eucharistie est aussi présent dans tous les gestes de partage. Le reconnaîtrons-nous ? 

 

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle