Homélie du 31ème dimanche ordinaire A (Père Jacques Weisshaupt sj)

5 Nov 2017

 

Matthieu 23, 1-12

 

Frères et sœurs,

            Dans l’évangile selon St Matthieu que nous venons d’entendre,

Jésus s’en prend violemment à la conduite hypocrite des dignitaires pharisiens. Pourquoi de tels reproches dans la bouche de Jésus, alors qu’il semble proche des Pharisiens en bien des points de son enseignement ? Au moment de la rédaction de l’évangile, de sérieux problèmes relationnels enveniment la vie des premières communautés chrétiennes et les vieilles communautés juives. On en arrive à s’exclure mutuellement !

            Mais Matthieu nous livre un enseignement fondamental. Le résumé de tout le passage se trouve probablement dans ces mots : « Ils disent mais ne font pas ». Jésus pointe un certain divorce entre ce que le croyant peut dire et ce qu’il fait vraiment. Il souligne que l’homme le plus religieux de son temps – le Pharisien – n’arrive pas à mettre en œuvre ce qu’il enseigne.

            L’homme, même le plus religieux, risque de vivre dans une attitude fausse face à lui-même et face à Dieu : il dit et ne fait pas. Jésus insiste souvent sur ce point, spécialement dans saint Matthieu. Parler, même bien parler, ne suffit pas. Pour Jésus, l’essentiel, c’est de faire, de mettre en pratique, d’accomplir… « Qui est ma mère, qui sont mes frères ? »« Bien plus heureux  celui qui écoute la parole de Dieu et la met en pratique »  Ou encore « Il ne suffit pas de dire Seigneur, Seigneur pour entrer dans le Royaume des cieux ; il faut faire la volonté de mon Père…» ?

            S’il est nécessaire d’écouter la Parole, c’est pour la mettre en pratique dans sa vie. Appelé à suivre Jésus, le disciple s’engage à pratiquer la Parole. Je suis  «pratiquant »  non pas d’abord parce que je vais à la messe, mais parce que je permet à la Parole de Dieu de prendre chair, et cela, dans toutes les dimensions de mon existence.

A la suite de Jésus, lui faire entièrement confiance, nous offrir tous ensemble à la Parole de Dieu et la laisser agir en nous. Etre comme un jardin ensemencé par le bon grain de la Parole de Dieu.

            L’attitude des Pharisiens, c’est parfois la nôtre en caricature !

 Il y a en nous beaucoup de résistances et de refus au travail secret de la Parole de Dieu. Où en suis-je dans ma vie spirituelle ? En même temps, cette Parole sait mettre au jour nos failles et nos contradictions, nos lâchetés et nos faiblesses. Je suis disciple du Christ par ma vie toute entière : dans mes relations, mes choix, mes actes, mes sentiments, mes pensées. Si je me laisse  transformer par la Présence de Dieu, par son dynamisme de vie et sa force d’aimer et de pardonner, vivifiante, alors je saurai d’expérience que c’est vraiment ce Dieu qui nous sauve et nous fait vivre. En vivant de notre mieux cette vocation, nous apprenons à renoncer à nous-mêmes et à penser d’abord aux autres à aimer. Sur cette route difficile, chacun de nous, s’il suit les motions de l’Esprit de Jésus, n’a pas besoin d’autre enseignant, d’autre maître, que le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur, dit-il. Qui est donc ce plus grand sinon le Christ. Lui, « l’égal de Dieu », a pris la condition de serviteur.

            A la lumière des textes de la célébration d’aujourd’hui, la différence entre le Christ et nous, c’est que le Christ a parlé et qu’il a mis en pratique ce qu’il a dit ; lui, la Parole, s’est fait chair. Lui, le plus grand, il s’est fait le serviteur de tous : c’est en cela même qu’il est notre pédagogue. Pour vivre notre vocation, découvrons chaque jour un peu mieux Celui qui nous sauve ; il nous appelle à la vie, il veut faire sa demeure en nous ! L’important, c’est de lui permettre de nous transformer peu à peu de l’intérieur : rayonner d’espérance et de confiance dans la joie de l’Evangile.

Vivons-le au quotidien. Notre témoignage vivra par la cohérence entre nos paroles et nos actes. Et cela, en participant activement, dans notre maison commune, à la vie de notre communauté dominicale, de notre nouvelle paroisse, de l’Eglise universelle.

            A la suite de Jésus, faisons ce qu’il nous dit de faire. Eucharistie !

Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Articles récents
Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle