Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 2ème dimanche de l'Avent A (Père Thierry Monfils)

4 Dec 2016

 

 

Mathieu 3, 1-12

 

Frères et sœurs,

L'atmosphère de Noël a commencé d'animer les vitrines.

La joie de Noël vient à nous,

au terme d'examens passés

ou à l'approche d'une trêve dans le travail – parfois accablant.

Nous attendons l'Enfant Dieu, il vient, il va venir. Nous sommes pleins d'espérance.

Et nous voilà prêts à faire effort pour l'accueillir,

disponibles en somme pour veiller à ce qu'il ait

tout ce qu'il lui faut pour vivre et grandir.

Comment l'accueillir ?

Un bon moyen, classique mais toujours neuf, nous est proposé : le dépouillement.

Pourquoi faut-il nous dépouiller ? Et de quoi allons-nous nous dépouiller ?

 

         a) Nous le savons, la sobriété permet la créativité et le bonheur ;

les grands artistes créent malgré ou grâce à la vie simple et pauvre qui est la leur.

« Le confort, ça abîme les gens », disait Georges Brassens.

 

         b) Pour nous croyants, nous aimons la simplicité de vie

parce que nous avons trouvé le vrai Dieu, qui est la valeur suprême,

celui-là seul à adorer ; « lui qui s'est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté »

Au regard de ce qu'il est Lui-même et de tout ce qu'il nous donne,

tout le reste mérite peu d'attention.

La Crèche, la Croix, la Miséricorde, le Cœur du Christ : voilà l'essentiel.

 

         c) L'Église reçoit comme horizon la fraternité entre riches et pauvres,

or comment se parler – riches et pauvres –

sinon dans la simplicité d'une rencontre

qui vit surtout de silence, d'écoute,

de regards, de paroles, d'attention à l'autre ?

Le Père Joseph Wresinski soulignait l'importance

de « devenir pauvre pour avoir une voix de pauvres,

non une voix de riche qui parle pour les pauvres ».

Il désigne surtout la voix au sens figuré :

les pauvres ont une pensée ;

parfois ils ont du mal à le dire ;

en tout cas, il nous importe de nous mettre à leur école,

de comprendre leurs aspirations

et de nous faire leurs porte-paroles.

Au sens propre aussi, la pauvreté marque la voix.

Quand vous jeûnez, votre voix s'en ressent,

elle devient rauque et votre timbre, plus modeste,

vous vous rendez compte du peu que vous êtes.

Parler comme un pauvre, ouvert au mystère,

non pas attaché à nos certitudes, à nos talents propres :

s'ils sont donnés, tant mieux, mais reconnaissons leur Origine, – Dieu.

Lui est fidèle et surplombe les hauts et les bas de nos humeurs.

Sa présence peut nous donner le courage de nous dépouiller.

         Alors, de quoi nous dépouiller ?

1) De ce que nous avons de meilleur.

2) Des mauvais doutes et des soupçons,

3) de nos péchés,

4) de notre conscience d'avoir raison

5) et de nos égocentrismes.

        

1) D'abord, en réponse au don si grand de l'amour de Dieu,

il est assez normal de donner à Dieu « le meilleur » de ce que nous avons,

ce que nous avons de plus précieux.

N'ayons crainte ! Il est infiniment bon,

il va décupler ce que nous lui offrons

et nous permettre de le vivre d'une manière tellement plus belle encore !

 

2) En second lieu, avec Saint Paul nous pouvons comprendre l'urgence de mettre un bémol

à nos doutes et à nos soupçons.

L'attitude fondamentale de la vie est la confiance, la foi :

Dieu nous comble, aujourd'hui est mis en valeur le don qu'il nous fait

de « la persévérance et du réconfort des Écritures » ;

en lisant la Bible, en nous la remémorant,

nous pouvons ouvrir nos esprits à la présence de Dieu,

miser sur Lui, recevoir de lui le courage.

Dans la rumeur mondaine, parfois il est de bon ton

de faire la moue devant les vraies valeurs,

sous prétexte qu'elles ne sont pas partagées par tous,

ou pas assez vécues par ceux-là même qui les prônent,

ou qu'elles ne sont pas absolues.

Or nous avons reçu de Dieu une promesse :

il est notre Père, et nous sommes son peuple,

pour autant que nous mettons notre foi en lui.

Il est avec nous tous les jours.

Nous voyons ses traces, « en douce »,

comme dans une lumière tamisée

nous ne le voyons pas encore face à face,

nous vivons d’espérance.

Espérer c'est plus qu'un état d'âme,

– or les états d'âme connaissent les hauts et les bas, les enthousiasmes et les doutes :

espérer demande un acte d'attention,

celui de nous attacher au Dieu de la persévérance et du réconfort.

 

3) Qu'est-ce qui nous empêche d'entrer dans la joie de l'espérance, sinon

le désordre du péché?

C'est le deuxième néant dont nous devons nous dépouiller : le péché.

L'Évangile nous le propose avec cette figure de sainteté et de dépouillement, Jean Baptiste : il « portait un vêtement de poils de chameau,

il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. »

Il invitait à « produire un fruit digne de la conversion.

Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. »

Jean se fait le porte-parole de Dieu qui attend dans nos vies un résultat.

« Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé »,

distinguer le son et la poussière d'avec le grain,

passer le tout au crible, le tamiser pour garder le bon et enlever le mauvais.

Nous dépouiller du péché, de l'attachement à notre petit monde, beau oui, mais attachons-nous surtout au Donateur, à Dieu qui donne. (Le vendredi 19 aura lieu ici une veillée pénitentielle. Invitons-y les gens tristes, qu'ils retrouvent la joie en la recevant de Dieu, en se laissant alléger du fardeau de leurs péchés.)

4) Le Psaume 71 disait : « En ces jours-là, fleurira la justice,

grande paix jusqu’à la fin des lunes, la fin des temps ! »

Noël, trêve dans la guerre,

paix promise autour du mystère de l'Enfance,

– avez-vous vu la Vidéo du Pape sur les enfants soldats,

ce scandale qui doit cesser,

et que les enfants puissent apprendre et jouer.

Que justice leur soit rendue.

« Dieu délivrera le pauvre qui appelle

et le malheureux sans recours.

Il aura souci du faible et du pauvre,

du pauvre dont il sauve la vie. »

Noël, fête dans la simplicité, la vérité. En Isaïe, nous en entendons l'annonce :

« Dieu ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs.

Il jugera les petits avec justice. »

Avec sa grâce, nous saurons regarder l'autre

et voir les droits qui émanent de ce qu'ils sont,

entendre ce qu'il y a de vrai dans ce qu'ils disent, parfois maladroitement.

Alors dépouillons-nous de notre conscience parfois vaine d'avoir raison.

Si nous ne sommes pas parvenus à nous faire comprendre, s'il y a un malentendu,

entrons dans le point de vue de l'autre.

Le plus heureux, c'est le premier à pardonner.

Nous avons peut-être raison pour une part – de notre point de vue –,

mais Dieu donne raison à l'amour. Et l'amour est don et pardon.

 

5) Ainsi, finalement le dépouillement dans lequel nous sommes invités à entrer

est le deuil de ne pas être le centre du monde,

de ne pas tout soumettre au crible de nos critères, mais à entrer dans les critères de Dieu.

Isaïe nous invite à entrer dans une attitude de crainte ou d'affection filiale :

c'est le souci de répondre à ce que le Père attend.

« Le loup habitera avec l’agneau. »

 Le fort sera capable de se rendre compte que sa force est au service du droit.

Non, tout le monde n'est pas comme le fort,

et parfois il s'en faut de peu pour que le fort tombe et devienne faible.

Quand riches et pauvres adorent ensemble le Dieu unique,

alors ils peuvent être, selon le mot de Paul,

« d’accord les uns avec les autres ».

Chacun peut librement se centrer sur le Christ Jésus,

entrer dans Ses vues et Ses projets ;

et donc, quittons nos marottes, nos égocentrismes

– au pluriel car ils peuvent prendre des formes subtiles.

Voilà les dépouillements auxquels nous invite le Seigneur aujourd'hui,
pour accueillir le Christ comme Lui nous a accueillis pour la gloire de Dieu.
Quittons le doute et le soupçon, débarrassons-nous de nos péchés,

renonçons à avoir raison, centrons-nous sur Jésus et sur les autres.

Préparons ainsi la Joie de Noël,

dans un regard positif, saint, simple et tourné vers les autres.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle