Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 23ème dimanche ordinaire C (Père Josy Birsens sj)

4 Sep 2016

 

Luc 14,25-33

Si Jésus avait construit sa page Facebook avec l’évangile d’aujourd’hui, il y a fort à parier qu’il n’aurait pas eu beaucoup de like ou de followers … Contrairement à la plupart des utilisateurs des réseaux sociaux, il ne présente pas une image idéalisée de lui-même et son chemin n’a rien d’un sentier wellness ! Aussi ses paroles peuvent nous choquer et provoquer de la résistance en nous : alors que nous venons de passer des vacances où nous avons enfin pris davantage de temps pour la famille, voilà Jésus qui met en question l’importance de la famille ! Alors que nous avons pris soin de notre santé et profité d’un certain confort, le voilà qui interpelle ses disciples au renoncement et à la pauvreté !

Sans vouloir affadir ces paroles radicales de Jésus, il convient de les placer dans leur contexte pour bien les comprendre. L’extrait de l’évangile d’aujourd’hui se situe dans la section où saint Luc montre Jésus en route vers Jérusalem. Il y rencontrera de l’opposition et une hostilité franche qui le feront mettre à mort. C’est la route que Jésus choisit tout de même afin de nous ouvrir le chemin vers la vie, le chemin de l’amour. Face à cette réalité, il n’y a pas à tergiverser : le choix fondamental demandé à tout disciple, c’est d’opter pour la vie à la suite du Christ, fût-ce au prix de sacrifices et de renoncements. Et ce choix est celui de l’amour, c. à d. du don de soi et non pas de l’accumulation de richesses et de sécurités.

D’autre part, on peut se rappeler qu’à d’autres endroits de l’évangile, Jésus invite à préférer s’occuper de ses parents en difficulté plutôt qu’à faire une offrande sacrée avec laquelle on pourrait venir à leur secours (Marc 7,9-13). Et il place l’union de l’homme et de la femme au-dessus des traditions et habitudes, au-dessus de la Loi elle-même (Marc 10,3-12). L’évangile d’aujourd’hui ne condamne donc pas la réalité familiale ni la richesse et les possessions matérielles, mais il nous invite à réfléchir et à faire un choix raisonné : qu’est-ce qui nous importe vraiment ? L’amitié du Christ, l’amour de Dieu et le service du prochain ou bien en 1er lieu la sécurité matérielle et la conformité à notre milieu social ?

Des liens familiaux et sociaux vécus dans la ligne du service de l’évangile ne peuvent qu’être conformes à la volonté de Dieu. Mais si ces liens vont à l’encontre de l’amour de Dieu et du prochain, si au lieu d’être service, ils nous enferment dans une vie centrée sur nous-mêmes, sur notre bonheur égoïste ou notre confort, il y a à les relativiser et à opérer des choix qui peuvent faire mal. Autrement dit, ma vie est-elle orientée selon la logique du don de l’amour ou selon une logique de possession telle que la prône le système économique et la société actuels ? Il y a lieu en ce début d’année scolaire de nous asseoir, bien reposés que nous sommes, pour vérifier si notre vie va dans le sens de l’évangile. Notre problème, bien souvent, c'est que nous voulons tout. Suivre le Christ dans ces conditions, être son disciple, est impossible, comme le souligne la dernière phrase de l’évangile.

L’exemple de mère Teresa de Calcutta qui est canonisée aujourd’hui par le Pape François peut nous encourager à choisir une vie à la suite de Jésus qui soit don et service. Non pas à la manière d’un héros, mais humblement au quotidien dans nos familles, nos lieux de travail, la ville et le pays où nous habitons. Par l’intercession de la sainte des pauvres de Calcutta, demandons la grâce d’être toujours davantage libres pour aimer et de préférer le chemin du Christ à tous les autres.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle