Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie de la Fête de la Sainte Trinité (Père Josy Birsens)

22 May 2016

 

Une légende raconte qu’un jour, saint Augustin, un des 1ers grands théologiens de la chrétienté, se promène sur la plage d’Hippone, en Afrique du Nord. Pris par sa réflexion intense sur le mystère de la Trinité, il y rencontre un enfant en train de jouer : l’enfant a creusé un trou dans le sable qu’il tente de remplir avec l’eau de la mer. Quand Augustin lui demande ce qu’il fait là, l’enfant lui répond : « Je veux mettre toute l’eau de la mer dans mon trou ! » - « Mais c’est impossible ! s’exclame l’évêque, la mer est si grande et ton trou, beaucoup trop petit. » - « C’est vrai, lui aurait répondu l’enfant, mais j’aurai pourtant mis toute l’eau de la mer dans mon trou avant que vous n’ayez compris le mystère de la sainte Trinité ! »

Cette légende rend bien compte à quel point le mystère de Dieu nous dépasse de toute part. Les chrétiens de toutes les générations en avaient bien conscience. Nous aurions beau lire et écrire tous les livres sur le sujet qu’il nous échapperait encore ! « Dieu vit dans une lumière inaccessible » nous dit saint Paul dans la 1ère lettre à Timothée. Et pourtant son mystère nous enveloppe de toute part, nous fait vivre et exister et nous pouvons nous adresser à lui au quotidien et expérimenter sa présence et son amour. Toute la vie chrétienne vit dans cette tension entre le Dieu proche et accessible et le mystère insondable de son être. C’est pourquoi toute image, toute appellation de Dieu n’est toujours que relative et incomplète, nous devons humblement et honnêtement avouer que nous ne saurions jamais mettre la main sur Dieu, sinon ce ne serait plus Dieu !

Aussi l’Eglise nous invite-t-elle au moins une fois par an à rester en adoration devant le mystère du Dieu un et trine. Jésus nous a habitués à parler de Dieu comme Père : il s’est toujours senti redevable de tout et en lien constant avec cet Autre qu’il a appris à ses disciples à aimer et à respecter. Et quand il les a quittés après sa résurrection, il leur a promis cette autre aide, l’Esprit-Saint qui les amènerait à reconnaître en vérité qui est le Père et qui il est lui-même. Dieu est donc en lui-même relation, don de soi, amour, générosité expansive pour le dire avec les mots de l’exégète jésuite Paul Beauchamp. Il n’existe pas d’abord comme une entité à part qui se mettrait ensuite à créer, il est depuis toujours don de lui-même, vie et communication. C’est ce que les 1ers Pères de l’Eglise ont déjà compris en référant la figure de la Sagesse, ce vis-à-vis mystérieux dont parlait la 1ère lecture, à la personne du Christ, le Fils de Dieu présent au Père dès avant la création. Et l’Esprit Saint est cette union qui les relie l’un à l’autre dans un échange constant, échange créateur dont procède tout ce qui existe.

Mais en quoi cela nous concerne-t-il ? Si Dieu est en lui-même relation, don et échange constant, unité dans la différence, cela nous donne la clé d’une vie réussie et du chemin vers la béatitude éternelle. Personne n’est jamais seul au monde, mais relié à un grand nombre d’autres personnes et au Seigneur qui lui donne la vie, l’existence et l’être. Le salut n’est donc pas à chercher dans un épanouissement individualiste, mais dans un bonheur partagé. Ce n’est pas non plus l’accumulation de biens, de savoir ou de pouvoir qui rend heureux, mais le partage et l’attention aimante à ceux qui sont dans le besoin. Enfin, l’amour vise à respecter l’autre dans son identité propre et non à le réduire à notre image ou à vouloir par toutes les forces qu’il nous soit en tous points semblable. Un même Créateur est à l’origine de tout ce qui existe, un même Christ a donné sa vie pour nous délivrer des esclavages du péché, un même Esprit veut nous rassembler dans un seul corps, celui de Jésus ressuscité. Une tâche immense, à entreprendre tous les jours, soutenus par la grâce divine et pour laquelle toute une vie ne suffit pas - un peu à l’image de l’enfant de la plage d’Hippone qui voulait faire entrer toute la mer dans son trou. Mais là réside sans aucun doute le sens profond de notre vie, telle que le Dieu Père, Fils et Esprit-Saint l’a voulue pour nous !

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle