Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 33ème dimanche B (Père Guy Delage sj)

15 Nov 2015

 

Marc 13,24-32

 

 

L’évangile de ce jour fait partie du genre littéraire « apocalyptique ». Littéralement apocalypse veut dire révélation. Mais ne nous trompons pas, ces passages de l’évangile n’ont pas d’abord pour fonction de nous révéler comment va se passer la fin des temps. Nous sommes déjà dans les temps derniers. Le nouveau testament, dans 2 Co 6,2 nous dit : « Le voici maintenant le jour du salut ». Dans l’épître aux Galate st Paul parle de la naissance du Christ qui vient « à la plénitude des temps ». En fait, depuis la venue du Christ nous vivons le dernier âge du monde. C’est la raison pour laquelle les apocalypses ne nous annoncent pas des événements à venir, mais nous révèlent dans un langage imagé, le sens de ce que nous vivons.

 

Ce que nous vivons, nous le voyons tous les jours dans les médias : le terrorisme, la guerre, l’afflux de réfugiés, le chômage, les inégalités, la puissance de l’argent qui s’affirme sans vergogne, les désastres écologiques et leurs lots de drames sociaux… Et la liste est longue. Dans un langage imagé saint Marc nous dit qu’à la fin des temps la lune ne donnera plus de clarté, que les étoiles tomberont du ciel et que les puissances célestes seront ébranlées. C’est une manière de dire le drame de la vie et de la mort. Pour l’homme de la bible, l’homme ne fait qu’un avec le cosmos. Les étoiles qui tombent du ciel et la lune qui perd sa clarté font partie du drame spirituel vécu par les hommes. Saint Jean dans le prologue de l’évangile dit la même chose en ayant recours à d’autres images. Il reprend les premiers versets de la genèse et présente la venue du Christ comme un nouveau commencement du monde où s’affrontent lumière et ténèbres. Ce drame-là, nous le vivons en permanence. Le combat entre lumière et ténèbres nous place constamment devant le choix de la vie ou de la mort.

 

Pour autant l’avenir ne doit pas être effacé des perspectives apocalyptiques. Les textes apocalyptiques n’envisagent pas l’histoire comme un éternel recommencement des mêmes drames, mais comme un chemin. L’histoire de l’humanité est en marche vers la victoire de la lumière sur les ténèbres. Cette victoire c’est le Christ qui nous la donne. C’est la victoire de l’humain sur l’inhumain. Malgré toutes les raisons que nous avons de désespérer le mal n’aura pas le dernier mot puisqu’il a été vaincu une fois pour toute sur la croix. Telle est notre espérance. Mais bien souvent nous avons du mal à y croire. Les horreurs de la guerre, les détresses du monde, la souffrance de l’innocent et la violence en tout genre nous font douter de l’existence de Dieu. Plus que jamais le monde d’aujourd’hui qui est plongé dans l’expérience de l’absurde et qui se trouve sans repères fait preuve de résignation et de défaitisme face à la question du sens qui lui apparait le plus souvent comme un non sens. Certains de nos contemporains sont capables d’accepter et de faire face courageusement à cette situation. D’autres pensent que dans ce monde absurde il aurait mieux valu ne pas être né. Albert Camus pensait que le seul problème philosophique qui valait la peine d’être pris au sérieux était le suicide ; ce qui revient à nier à la fois l’existence de Dieu et de l’homme.

 

Et nous croyants qu’avons-nous à dire à ce monde désespéré ? Nous avons d’abord à entretenir l’espérance, et, comme Abraham, à espérer contre toute espérance en mettant toute notre foi en Jésus-Christ. Puis il nous revient de dire en quoi ou plutôt en qui nous croyons. Nous croyons au Dieu vivant qui ressuscite les morts et qui, à la fin des temps, essuiera toute larme de nos yeux et fera toute chose nouvelle (cf Ap 21,4-5). L’espérance chrétienne vaut pour l’humanité dans son ensemble, mais elle vaut aussi pour chacun de nous qui est confronté aux ténèbres. Pour moi, la fin des temps, c’est la fin de mon temps, fin pour laquelle nous demandons à Marie de prier pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle