Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 23ème dimanche ordinaire B (Père Guy Delage sj)

6 Sep 2015

Marc 

 

7,31-37 (guérison d’un sourd muet)

 

 

« Elles ont une bouche, mais ne parlent pas, (…) des oreilles et n’entendent pas ». Voilà ce que dit un verset du psaume 115 à propos des idoles. Le sourd muet c’est par définition celui qui rend un culte aux idoles. Il est sourd à la Parole Dieu et incapable de parler à Dieu. C’est aussi ce qui caractérise le païen. D’ailleurs l’évangéliste ne s’y trompe pas quand il donne des indications géographiques précises : Jésus, après avoir quitté Tyr, passe par Sidon pour se rendre en plein territoire de la Décapole, autrement dit en territoire païen. En ouvrant les oreilles du sourd Jésus annonce l’ouverture des nations païennes à la foi. Et comme pour mieux le signifier il dit au sourd muet : « ouvre-toi » et non pas « entends et parle ».

Quand on lui apporte l’homme on demande à Jésus de poser la main sur l’infirme. Il s’agit à la fois d’un geste de protection et de prise en charge. Mais Jésus va plus loin : il lui met les doigts dans les oreilles et, avec sa salive, il lui touche la langue. Au premier abord ces gestes ont plutôt l’air répugnants ou font penser à un rituel de magie. En fait comme le sourd n’entend pas, ce n’est pas d’abord par des mots que Jésus va pouvoir le rejoindre, mais bien par des gestes. Il touche du doigt le mal qui atteint cet homme. Il ne se contente pas de le guérir à distance ; il vient le rejoindre au cœur de sa souffrance. Jésus par ces gestes se conforme aussi aux usages qui avaient cours dans les milieux païens de son époque. Au-delà du sourd-muet il vient à la rencontre du monde païen.

Plus étrange, une fois que la guérison est accomplie, Jésus recommande de ne pas faire de « publicité » sur cette affaire. Ce n’est pas la première fois qu’il impose le silence à la suite d’un miracle. Il a fait la même recommandation au lépreux qu’il a guéri et à la famille de la fillette qu’il a ramenée à la vie. A travers ces miracles il a manifesté la puissance du règne de Dieu et il a signifié qu’il était bien le messie attendu. Mais il ne veut pas que la nouvelle se répande comme une traînée de poudre. Le risque serait trop grand de se tromper sur le genre de « messie » qu’il entend être. Ce mot messie ne prendra tout son sens qu’avec la passion et la résurrection. Mais rien n’y fait, sa consigne de garder le silence n’est absolument pas respectée. La bonne nouvelle déjà annoncée par Isaïe : « il fait entendre les sourds et parler les muets » se répand chez les païens parce que les païens sont réceptifs au message de Jésus alors même que ces disciples sont dans l’incompréhension. D’ailleurs dans ce récit les disciples ne sont pas mentionnés. Ils sont comme absents. Pourtant ils accompagnent bel et bien Jésus. C’est aussi et surtout à eux qui sont restés sourds et muets que Jésus adresse un vibrant appel : « ouvre-toi ».

Plus largement les disciples ce sont tous les baptisés. C’est donc aussi à nous qu’est lancé cet appel « ouvre-toi ». Il nous reste nous aussi à nous ouvrir à la miséricorde plutôt que de nous figer sur la loi, à sortir des certitudes dans lesquelles nous sommes enfermées, bref il nous reste toujours et sans cesse à nous ouvrir à la Parole de Dieu pour porter la Bonne Nouvelle au-delà de notre culture, de notre perception du monde, de notre milieu social et de notre environnement immédiat.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle