Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 13ème dimanche ordinaire B (Père Josy Birsens)

28 Jun 2015

 

Marc 5, 21-43

 

Avons-nous assez conscience à quel point nous avons besoin d’être sauvés ? L’évangile d’aujourd’hui met en scène deux femmes, une jeune fille de 12 ans et une femme adulte qui a souffert de pertes de sang pendant de longues années. Les deux sont à toute extrémité, l’une sur le point de mourir, l’autre désespérée de tous ces soins qui lui ont coûté cher sans lui apporter la santé. Le père de la jeune fille, pourtant un notable juif qui n’aurait pas dû faire confiance à ce prédicateur populaire, se jette aux pieds de Jésus pour implorer son intervention. Et la femme aux hémorragies tente un geste un tantinet magique à l’insu de tous en espérant être guérie par le contact avec les vêtements de Jésus. C’est le manque absolu, l’échec de toutes les solutions humaines qui les jette aux pieds de Jésus, un peu comme l’enfant prodigue se jette aux pieds de son père quand il est à bout du rouleau.

Faut-il en venir là pour oser une démarche de foi ? Il semble bien que nous ayons besoin de manquer de tout pour nous tourner vers Dieu… Pauvreté de l’homme, de nous tous, peu enclins naturellement à la foi, mais cette pauvreté nous ouvre enfin à la richesse que Dieu veut nous prodiguer en Jésus ! Remarquons cependant que ces démarches dictées par un certain désespoir ne sont pas avalisées sans plus par Jésus. Au contraire, Jésus fait évoluer la foi aveugle de Jaïre et de la femme aux hémorragies pour les amener à entrer dans une vraie relation d’alliance avec lui, le Dieu de vie.

C’est particulièrement manifeste pour la femme blessée dans sa sexualité et mise au ban de la société pour cette raison. Jésus ne se contente pas d’un contact anonyme et purement physique – ce serait encourager une religion proche de la magie -, mais il veut faire advenir la démarche de la malade à la parole, au dialogue et à une rencontre d’esprit et de cœur. La guérison véritable s’opère dans une relation confiante avec le Sauveur, dans un échange de regards et de paroles, dans la confirmation de la tendresse de Dieu pour tout homme en souffrance. Cette relation d’alliance réciproque fait plus que guérir la femme, elle la sauve et inaugure une vie nouvelle pour elle : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. »

Le chef de la synagogue est amené à évoluer, lui aussi. Jésus prend au sérieux sa demande, mais l’invite aussi à lui faire confiance au-delà de ce qui est humainement pensable : « Ne crains pas, crois seulement… L’enfant n’est pas morte, elle dort seulement. » En faisant référence au langage biblique pour qui la mort n’est qu’un sommeil, Jésus l’invite à croire en la résurrection, cette vie nouvelle après la mort que Dieu seul peut donner. Seuls trois témoins, Pierre, Jacques et Jean sont autorisés à assister à la scène avec les parents de la jeune fille et Jésus insiste bien de garder le secret, car avant sa résurrection, on risque de se méprendre sur la portée du signe qu’il donne. Comme Jaïre, tous les disciples du Christ sont invités à entrer dans une histoire d’alliance, une relation de foi au Dieu plus grand que la mort et qui nous aime, plutôt que d’en rester à une foi bouche-trou ou plus ou moins teintée de magie. Voilà le défi et l’appel que le Christ et l’évangéliste nous lancent ce dimanche !

Pourquoi donc attendre d’être au bout du rouleau pour placer toute notre confiance en Dieu ? Nous qui avons le privilège, tous les dimanches, non seulement de toucher le Christ, mais de recevoir son corps consacré, entrons plus avant dans l’histoire d’alliance qu’il nous propose. Apprenons de Jaïre et de la femme aux hémorragies à placer toute notre confiance en Jésus, l’envoyé du Père qui nous ouvre le chemin de la vie véritable. Et laissons-nous entraîner par l’Esprit-Saint à évoluer dans notre foi pour lui faire confiance dans notre quotidien, dans chaque situation de la vie que nous traversons ou que le monde traverse.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle