Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 2ème dimanche de Pâques B (Père Jacques Weisshaupt)

12 Apr 2015

 

 

Jean 20, 19-31

 

Frères et sœurs,

Va, ta foi t’a sauvé… Seigneur, augmente ma foi… Croire, c’est faire confiance ! C’est entrer dans une relation à l’autre, digne de foi !

Manifestement, pour l’apôtre Thomas, cela n’a pas été évident de croire que Jésus était ressuscité. Il n’avait pas été présent quand Jésus s’est manifesté aux autres apôtres. Il se trouvait vraiment incapable de croire que Jésus était vivant.

Voilà ! Il a réfléchi, Thomas. N’a-t-il pas ses raisons de ne pas croire. Pour faire confiance, il lui faut au moins quelques preuves ! des indications fiables. Ce Thomas nous est assez sympathique : nous sommes de notre temps et nous aimerions avoir des preuves, nous sommes critiques et volontiers sceptiques et nous sommes vite tentés de ne croire que ce que nous pouvons constater et percevoir personnellement.

Quelle est la réaction de Jésus ? Laisse-t-il Thomas persévérer dans son doute ? Aucunement ! Jésus vient à sa rencontre, comme il est, au point où il en est, et il le guide délicatement sur le chemin de la foi pascale. En effet, huit jours se sont écoulés, et les apôtres sont à nouveau réunis, et, cette fois-ci Thomas est avec eux. Jésus apparaît à nouveau et il se révèle tout spécialement à Thomas.

C’est tout à fait étonnant, Jésus se plie à tous les souhaits de Thomas. Il le laisse le toucher avec ses doigts et il lui demande de mettre sa main dans son côté, pour qu’il soit convaincu de la réalité de la résurrection de Jésus, pour qu’à l’avenir il cesse d’être incroyant et qu’il soit croyant, qu’il ose enfin lâcher prise et faire confiance.

Thomas reconnaît alors la présence réelle de son Seigneur et il proclame : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Ainsi, ses doutes n’étaient pas écrits pour toujours dans les étoiles :lui, le sceptique, il a été capable d’accueillir pleinement le moment de grâce dont il avait bénéficié dans son cheminement spirituel et d’arriver ainsi à une foi pascale très profonde.

Cela ne s’est pas fait automatiquement ! La foi et la confiance qui la sous-tend se reçoit ! De qui ? comment ? C’est un cadeau du prochain, de l’autre, des autres et de Dieu..

Nous ne devons cependant jamais oublier ceci : Thomas, malgré ses doutes et son incapacité momentanée à croire, n’a jamais quitté le cercle fraternel de la communauté des disciples. Il s’est efforcé de rester coûte que coûte en relation avec elle, avec celles et ceux qui étaient réunis autour de Jésus avant sa mort.

Si, dans un accès de jalousie ou d’orgueil, Thomas s’était dit : je ne veux plus rien avoir à voir avec vous, puisque vous autres, vous croyez que Jésus est ressuscité, alors il n’aurait sans doute jamais pu faire l’expérience particulière de la présence du Ressuscité. Car Jésus n’apparaît à Thomas que précisément parce qu’il est toujours en communion avec les autres apôtres. (cf. être baptisé dans la foi de la communauté chrétienne). L’histoire de Thomas l’incrédule nous aidera, nous aussi, lorsque si souvent nous devons nous battre pour continuer à croire à Jésus Christ et que nous sommes assiégés de toute part par le doute. Heureusement, nous appartenons à l’Eglise, la communauté des croyants, de celles et de ceux qui ont la chance et la grâce de faire entièrement confiance au Christ sur le témoignage des apôtres.

Notre célébration dominicale et notre communauté nous soutient dans notre foi au Christ. Tous, nous sommes en route.

 Il y a celles et ceux qui sont plus forts dans leur foi, il y a celles et ceux qui sont en recherche et qui cheminent, et il y a celles et ceux qui traversent des zones de brouillard épais.

Mais quel que soit le lieu spirituel où nous nous situons pour le moment, l’important, c’est de s’efforcer sincèrement de s’ouvrir à la reconnaissance de l’amour de Dieu et en prier le Seigneur dans sa prière et dans son désir : chacun peut continuer ainsi à faire, d’une façon ou de l’autre, l’expérience de sa solidarité avec tous les autres, les croyants, les mal croyants, les hésitants, les pratiquants de la justice.

De cet accueil évangélique, personne n’est exclu ! Personne ne doit se sentir abandonné ou laissé de côté !

L’enjeu est de taille pour l’avenir de l’Eglise et la vitalité de ses communautés !

Quand Thomas retrouva la foi au Seigneur ressuscité, il fut tout plein de reconnaissance et de gratitude. Il risqua sa vie pour son Seigneur et son Dieu, Jésus, le Christ, qu’il avait reconnu en vérité. La tradition veut même que Thomas alla proclamer la foi jusqu’en Inde, où des chrétiens se réfèrent aujourd’hui encore à Saint Thomas.

Quel est l’enjeu de tout l’Evangile ? C’est bien celui de notre foi et de notre confiance comme tonalité spirituelle de toute notre vie ! Nous pouvons demander tout particulièrement à Saint Thomas de nous aider à être des hommes et des femmes qui cherchent par toute leur vie à correspondre  au Seigneur Jésus, « notre vrai chemin de vie », comme le paraphrase saint Ignace dans les Exercices Spirituels. Correspondre de tout notre  cœur au Ressuscité qui nous rejoint et de l’annoncer à tous nos frères, proches et lointains. Amen.

 

 

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle