Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 3ème dimanche de Carême B - (Père Josy Birsens sj)

9 Mar 2015

Jean 2, 13-25

 

Vous avez tous déjà été irrités par l’attitude nonchalante ou irrespectueuse de l’une ou l’autre personne à l’église lors d’un baptême, d’un mariage ou d’une célébration des funérailles. Les uns, pour bien montrer qu’ils sont là contre leur gré font leurs commentaires, se retournent pour rire, etc. D’autres sont simplement gênés et ne savent pas très bien comment se tenir, quand il faut se lever ou s’asseoir p. ex. L’attitude qu’adoptent les personnes à l’église dit quelque chose de leur foi et de leur relation à Dieu.

Il n’en a pas été autrement au temps de Jésus dans le Temple de Jérusalem. Comme beaucoup de pèlerins avaient besoin d’animaux pour les sacrifices ou de pièces de monnaie pour l’offrande, l’atmosphère y ressemblait plus à celle d’un marché ou d’une gare aux temps de grande affluence qu’à celle d’une maison de prière. Et cela traduisait sans aucun doute une attitude de foi un peu mercantile : donner un petit quelque chose à Dieu pour recevoir un petit quelque chose en retour. N’est-ce pas parfois aussi notre attitude ? 

Or, Jésus ne veut pas s’accommoder de cet état des choses et il le fait savoir de manière claire ! Comment lui qui vit au cœur de sa vie d’une relation tout à fait privilégiée avec Dieu le Père (c’est la 1ère fois dans l’évangile de Jean que Jésus parle ici de Dieu comme son Père !) se contenterait-il de cette caricature de religion ? Comment lui qui va nous ouvrir par le don de sa vie le chemin d’une relation filiale, très personnelle avec Dieu ne réagirait-il pas à la manière d’un prophète pour remettre les choses à leur juste place ? Qu’est-ce qui est donc plus important : d’entrer dans le mystère de Dieu, de se laisser toucher par sa Parole d’alliance et de changer sa vie en conséquence – ou d’accomplir quelques rites sans plus ? C’est un chemin exigeant, et nous aurons toujours à nouveau à nous convertir à une vie de foi vraie, mais c’est le chemin d’éternité que Jésus trace pour nous.

Nous sommes dés lors invités à un discernement quant à nos attachements. Qu’est-ce qui est vraiment important pour nous ? Nos bâtiments religieux ou la communauté qui s’y réunit et les mystères de la foi qui y sont célébrés ? Face à la menace de désaffecter un certain nombre d’églises, une levée de boucliers se fait actuellement dans notre diocèse – mais les mêmes personnes qui montent sur les barricades ne sont pas nécessairement celles que l’on retrouve les dimanches à l’église pour prier et célébrer Dieu… L’identification sociologique des chrétiens ou leur attachement à la tradition de l’Eglise ont-ils plus de poids que l’écoute du message de l’évangile et les conséquences qu’il y a à en tirer pour la vie quotidienne ? Certes, les signes extérieurs de religiosité ne sont pas à négliger, mais ne sont-ils pas secondaires par rapport à notre cheminement honnête à la suite de Jésus à la lumière de l’évangile ?

Le Pape François nous donne l’exemple d’une foi vécue dans des gestes concrets de solidarité avec les pauvres et les réfugiés. Et ses homélies nous invitent à une remise en question constante pour vérifier que la foi que nous proclamons parfois haut et fort correspond vraiment à nos comportements et attitudes au quotidien. C’est là qu’il faut travailler et lutter sans oublier de belles célébrations, l’un sans l’autre donnerait un christianisme bancal, pas équilibré. Est-ce que le frère ou la sœur qui sont dans le besoin ou vont mal ont la place qui leur revient dans nos liturgies et dans notre agir chrétien ? Est-ce que la lecture des journaux m’amène à prier pour les victimes et à m’engager en leur faveur quand une occasion se présente, donc à marcher plein d’espérance, ou est-ce que je me laisse simplement impressionner par des titres et des photos racoleurs ? Est-ce que nous irions dans la rue non seulement quand des attentats particulièrement odieux se produisent près de chez nous, mais aussi pour rappeler le calvaire des chrétiens au Proche-Orient, les souffrances des victimes civiles de la guerre en Syrie ou le commerce immonde des passeurs d’hommes de par le monde ?

A chacun de se laisser interpeller par l’action prophétique de Jésus au Temple de Jérusalem : à quoi est-ce que je tiens ? Et pourquoi ? Quelles sont mes priorités ? Rejoignent-elles celles de Jésus ? Que le Seigneur nous inspire pour voir plus clair et poser dans l’espérance des gestes qui manifestent une vraie conversion en ce temps de Carême !

 

 

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle