Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du 3ème dimanche ordinaire B - (Père Jacques Weisshaupt sj)

25 Jan 2015

Marc 1,14-20

 

Frères et sœurs,

 

Nous sommes sans doute surpris en entendant ainsi le début de l’Evangile raconté par Saint Marc. Pas de récits de l’enfance de Jésus. D’emblée nous sommes témoins du ministère de Jésus. Et d’emblée les premiers disciples le suivent : « Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent ». Quant Jacques et Jean, « aussitôt Jésus les appela ». Oui, c’est étonnant ! Est-il possible qu’ils aient lâché leur métier, leurs outils de travail, leurs employés et leur famille, sans arranger au préalable leurs affaires ? Comment nous représenter spirituellement l’appel des premiers disciples et comment appliquer à nous-mêmes l’appel du Seigneur ?

         Pour répondre à cette question, rappelons-nous qu’il y a quatre récits de cet appel avec chacun son accent particulier selon l’évangéliste. Un premier récit : nous l’avons entendu dimanche dernier, avec Saint Jean. L’appel du Seigneur se passe à travers des médiations successives. Jean Baptiste désigne Jésus comme l’Agneau de Dieu, André, qui a entendu, va chercher son frère Simon-Pierre, et puis Philippe parle de Jésus à son ami Nathanaël. Le récit de Saint Matthieu reprend celui de Marc. Et Luc rapporte la vocation dans un autre contexte : Jésus, après un échec de sa prédication dans son village de Nazareth, vient à Capharnaüm. Il prêche dans la synagogue, puis va manger dans la maison de Simon-Pierre. Il guérit la belle-mère de Simon avant de se mettre à table. Le soir venu, il guérit quantité de malades. Le lendemain, il part « annoncer la Bonne Nouvelle aux autres villes ». Puis nous le retrouvons au bord du lac, pressé par la foule. C’est là qu’intervient pour la première fois la mention des barques qu’il utilise pour parler plus facilement à la grande foule. A la suite de cette prédication ont lieu la pêche miraculeuse, la réaction de Pierre qui demande à Jésus de s’éloigner de lui, et la réponse de Jésus : « Désormais, ce sont des hommes que tu pêcheras. »

         Voilà quatre récits différents, qui ne sont pas des reportages, mais des enseignements, des catéchèses, avec différents accents : ainsi, pour Saint Marc, il est important de préciser que l’appel des disciples a précédé la prédication de Jésus, afin qu’ils soient bien les témoins de toute la mission de Jésus, comme le rappellent les Actes des Apôtres : ils ont tout vu « depuis les débuts en Galilée après le baptême proclamé par Jean ».

         « Venez derrière moi, je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ». Nous ne comprenons plus très bien le sens de cette image. Que signifiait-elle donc pour les auditeurs de Jésus ?

         Commençons par nous rappeler que, pour les anciens, la mer était un lieu plein de menaces. Elle faisait peur et souvent elle était également synonyme de mort. On peut alors penser que Jésus parle de « pêcher des hommes », c’est à dire de les sortir de ce lieu de mort, de les repêcher en quelque sorte pour qu’ils vivent. Nous sommes donc à l’opposé du métier de pêcheurs : voilà les pêcheurs du lac de Galilée invités à quitter une œuvre menacée pour s’engager dans une œuvre de vie consistant à repêcher des hommes pour les sauver de la mort et pour qu’ils vivent !

         Bien sûr, cette image des pêcheurs capturant des poissons dans de larges filets ne va pas dans le sens du respect de la liberté des personnes, sans qu’il soit possible d’accepter ou de refuser. Mais ce n’est pas avec des filets de pêche que l’Evangile nous saisit en profondeur, c’est avec ces premières paroles de Jésus, quand il proclame la Bonne Nouvelle de Dieu : « Les temps sont accomplis, le Règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. ».

         Me convertir ! De quoi s’agit-il ? En tout cas, une démarche de totale liberté ! Celle qui nous fait accéder à la vraie vie : recevoir le don de faire confiance, le don de la foi, « croyez à la Bonne Nouvelle de Dieu ! ». Cessez de vous regarder vous-mêmes, tournez votre regard vers les autres et vers Dieu !

         Dans l’urgence de la proximité du Royaume de Dieu, il nous faut abandonner notre ancien mode de vie et « marcher derrière Jésus » : « Venez derrière moi ! ».

         Comme les Mages, chercher et trouver la bonne étoile. Celle qui nous guide sûrement vers le Seigneur, lui qui nous invite à changer l’orientation de notre vie, de nos bonnes habitudes sécurisantes, pour aller avec lui, proclamer l’évangile, donner à notre monde grâce à Lui une saveur et une lumière nouvelles, remplacer les vieilles outres pour accueillir le vin nouveau offert par le Christ.       

         Croire à la Bonne Nouvelle, c’est, bien sûr, se laisser transformer par elle, en rayonner. C’est vivre simplement en laissant l’évangile inspirer et respirer dans notre quotidien. Demandons-nous durant cette semaine comment nous y prendre. Croire est un saut dans l’inconnu, mais c’est à la suite de Jésus, qui est, comme le dit Saint Ignace, notre vrai chemin de vie. Que notre célébration eucharistique soit pleine de ferveur et nous dispose à accueillir Celui qui ne cesse de nous appeler ! Oui, le moment est venu, le Royaume de l’amour est tout proche, retournons-nous vers Lui et confions notre vie à la Bonne Nouvelle de Dieu !

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle