Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

La communauté jésuite du Luxembourg - Portraits

17 Oct 2014

Si certaines années se suivent et se ressemblent, d’autres, en revanche, nous marquent davantage. Tel est le cas, par exemple, des années où nous célébrons un mariage ou une naissance, des années, plus douloureuses, où nous perdons un être qui nous était cher, ou encore des années où nous changeons de dizaine… La Communauté jésuite de Luxembourg n’échappe pas à cette règle et a vu l’année 2014 s’ouvrir non sans une certaine émotion puisque deux de ses membres ont franchi, en janvier, le cap du demi-siècle, un autre, au mois de juin, celui des trois quarts de siècle, tandis que le doyen d’âge de la Communauté fêtera dans quelques jours son… centenaire !

Mais qui sont donc ces compagnons de Jésus qui nous accueillent en leurs murs et que [comment] font-ils donc pour atteindre un tel record de longévité ? Vous trouverez la réponse – partielle – à ces questions en parcourant le présent numéro de votre revue préférée J.  À travers le portrait de chacun des onze membres qui composent actuellement la Communauté jésuite de Luxembourg, c’est en effet un large éventail d’activités, de ministères et de personnalités qui se révèle, l’animation de la communauté dominicale du Christ-Roi ne représentant qu’une modeste facette de la mission confiée à nos bons pères par la Compagnie de Jésus.

 

Vincent KLEIN

C’est le plus jeune membre de la Communauté. Avec son confrère Guy Delage, de deux jours son aîné, il a soufflé cette année ses cinquante bougies ! N’en déduisez pas pour autant qu’il soit à bout de souffle ou que le repos figure au programme de ses cinquante prochaines années : le Père Vincent déborde d’énergie et de projets. Arrivé à Luxembourg en 2001, après avoir séjourné, successivement, en Belgique, en Irlande et en République dominicaine, cet Alsacien de souche – et de cœur ! – s’est dépensé sans compter pour notre communauté dominicale, notamment à travers la préparation des enfants à la première communion et à la confirmation ou, grâce à ses talents linguistiques, en renforçant les liens noués avec notre paroisse jumelle de San Ignacio de Moxos, en Bolivie. C’est toutefois dans un lieu bien plus fermé que le Christ-Roi qu’il exerce son ministère principal : à la prison de Schrassig ! Aumônier de prison depuis près de vingt ans, le Père Vincent apporte une aide, un soutien et une parole inestimables à ceux et à celles que la vie n’a pas toujours épargnés et qui, parfois, ont perdu tout espoir. À ce titre, il a notamment fondé, en 2006, l’association luxembourgeoise des visiteurs de prison (ALVP), chargée d’accroître et de renforcer l’action menée en faveur des prisonniers et de leurs familles.

 

Guy DELAGE

C’est le dernier arrivé dans la Communauté. Né à Metz en janvier 1964, Guy Delage a exercé diverses fonctions et ministères dans l’hexagone avant de rejoindre le Grand-Duché. Entré dans la Compagnie en 1990 – après avoir servi sous les drapeaux en Côte d’Ivoire et géré les dossiers des étrangers à la préfecture d’Amiens –, le Père Guy a suivi les différentes étapes du parcours de formation jésuite à Paris, puis à Bordeaux, où il exerça les fonctions d’intendant dans un collège de la ville, tout en donnant la catéchèse à de jeunes adolescents. Après un séjour de trois ans à Cergy Pontoise, où il fut en charge, notamment, de l’aumônerie ainsi que de la formation et de l’accompagnement des Scouts de France, le Père Delage, ordonné prêtre en l’an 2000, a ensuite exercé son ministère pastoral dans une banlieue défavorisée du Nord de Paris, en Seine-Saint-Denis. Enfin, en 2010, il est nommé recteur de l’église Saint-Sébastien, à Nancy, où il assurera des responsabilités diverses jusqu’à son arrivée à Luxembourg, en septembre 2013. D’un caractère jovial et volontiers taquin, le Père Guy est actuellement en charge de l’accompagnement des membres du Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) et de l’intendance de la Communauté jésuite de Luxembourg, dont il est le « ministre », mais il rend également de multiples services dans l’Est de la France, notamment en y apportant son soutien au réseau ignacien qui s’y développe en l’absence de communauté jésuite et en animant différentes retraites.

 

Josy BIRSENS

À la différence de ses deux « jeunes » confrères, Josy Birsens est un vrai Luxembourgeois. Né à Luxembourg-ville en avril 1960, le Père Josy a grandi au Grand-Duché, avant de franchir les frontières (occidentale et orientale) du pays. Après des études secondaires chez les prêtres du Sacré-Cœur, à Clairefontaine, le Père Birsens a en effet étudié l’histoire et la théologie, en Belgique puis en Allemagne. À ce titre, il est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire de la Compagnie et, notamment, sur celle de la présence et de l’implantation des Jésuites au Luxembourg. C’est toutefois au titre de ses qualités d’écoute et de discernement que le Père Josy – ancien supérieur de la Communauté – est actuellement le plus sollicité. Accompagnateur spirituel de plusieurs personnes, le Père Birsens est également l’assistant ecclésiastique national des Communautés de vie chrétienne (CVX) du Luxembourg, l’accompagnateur spirituel des séminaristes, des prêtres et des agents pastoraux du Grand-Duché, ainsi que le coordinateur de la pastorale des vocations pour toute la province jésuite de Belgique francophone et du Luxembourg. Un défi non négligeable en ces temps de disette (de vocations), mais également une mission chronophage, qui s’ajoute aux autres services rendus à notre communauté dominicale par le Père Josy, tels que la préparation à la première communion et l’accompagnement des plus jeunes du MEJ ou les liens entretenus avec la communauté pastorale de Belair, Merl et Cessange.

 

Philippe DEMEESTÈRE

Dernier survivant de la Communauté jésuite de Nancy, avec son confrère Guy Delage, le Père Demeestère est – avec les Pères Bomb et Galès – l’un des trois membres de la Communauté jésuite de Luxembourg qui ne résident pas à l’avenue Diderich, dans la maison du Christ-Roi, et que vous avez, en conséquence, le moins de chances de croiser. Bien qu’ayant atteint l’âge auquel la plupart d’entre nous songent à la retraite, le Père Philippe, né en 1949, a en effet choisi de rester résider à Nancy pour poursuivre et consolider la tâche qui lui a été assignée par l’évêque du lieu avant la dissolution de la Communauté de Nancy : la fondation de la maison de la diaconie destinée, notamment, à l’accueil des réfugiés et des sans-abris. Une tâche faite sur mesure pour cet homme de terrain, ancien chauffeur de bus, qui a consacré l’essentiel de son existence aux pauvres et aux marginaux et qui n’a pas son pareil pour unir et fédérer les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’exclusion, sous toutes ses formes.

 

Fernand BOMB

Né à Luxembourg le 15 mars 1942, Fernand Bomb est le deuxième Luxembourgeois de la Communauté et, également, le deuxième « non résident ». Après avoir été le responsable de l’animation de notre chapelle pendant plus d’un quart de siècle, le Père Bomb a en effet choisi, en 2005, de quitter le confort d’une communauté dominicale bien rôdée pour prendre la tête d’une unité pastorale du diocèse, la communauté du « Mamerdall », regroupant les paroisses de Bridel, Capellen, Holzem, Kehlen, Keispelt, Kopstal, Mamer et Nospelt. Un beau défi pour cet homme aux convictions bien trempées ! S’il s’est éloigné, géographiquement, d’une communauté qu’il a longtemps portée, il en reste néanmoins proche par le cœur et par la pensée et est toujours ravi d’entendre ou de revoir les « anciens » du Christ-Roi. Liturgiste de formation, le Père Bomb exerce par ailleurs des responsabilités diverses dans le diocèse, notamment à travers les cours qu’il dispense au Séminaire de Luxembourg ou en tant que membre de la Commission liturgique ou du Conseil des Églises chrétiennes du Luxembourg.

 

Pierre MEYERS

De deux ans plus âgé que le Père Bomb, le Père Meyers joue, comme son compatriote, un rôle important dans la vie de notre diocèse puisqu’il célèbre, en alternance avec le Père de l’Arbre, la messe du dimanche midi à la cathédrale de Luxembourg, en même temps qu’il seconde, de manière efficace et régulière, les abbés Emile André et Michel Majerus dans l’animation de la communauté pastorale de Belair, Merl et Cessange, à laquelle est rattachée notre communauté dominicale. Responsable des finances de la Communauté jésuite, dont il est « l’économe » précis – et précieux –, le Père Meyers est par ailleurs engagé dans la pastorale familiale du diocèse, pour laquelle il prépare certains fiancés au sacrement du mariage, en même temps qu’il guide et accompagne différentes équipes de communautés de vie chrétienne. Ancien aumônier national des CVX, le Père Meyers était, jusqu’il y a peu, membre de l’équipe de coordination du réseau européen des CVX, ce qui l’a amené à effectuer plusieurs déplacements à l’étranger.

 

Jacques WEISSHAUPT

Si sa famille est d’origine suisse – sa maman étant originaire du canton alémanique de Zug et son papa de celui de Schaffhausen –, c’est toutefois en Belgique, où il est né voici trois quarts de siècle, que Jacques Weisshaupt a passé l’essentiel de sa vie. Formé chez les bons pères au Collège Saint-Michel de Bruxelles, le Père Jacques est entré dans la Compagnie à sa sortie de rhétorique, en 1957, et il a suivi les étapes classiques de la formation jésuite avant de se muer, lui-même, en formateur et en professeur puisqu’après s’être spécialisé en linguistique, il a enseigné cette matière aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, à Namur, pendant près de trente ans. Arrivé à l’âge de la retraite en 2004, le Père Jacques a repris du service à Luxembourg l’année suivante, après un mémorable pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Adjoint au ministre de la Communauté dès son arrivée au Grand-Duché, il a également été désigné pour prendre la succession du Père Bomb en tant que « préfet d’église », une fonction qu’il exerce toujours à l’heure actuelle. Toujours souriant et disponible – mais n’en abusez pas, car il ne sait pas dire non, ni hausser le ton J –, le Père Jacques rend par ailleurs de nombreux services à notre archevêque, dont il est le délégué auprès des communautés religieuses du Luxembourg et au sein du Conseil presbytéral de l’archidiocèse, en même temps qu’il s’investit dans le champ pastoral, dans les domaines du catéchuménat des adultes et de la préparation aux baptêmes. Trois équipes Notre-Dame ou CVX bénéficient également de sa sagesse et de son expérience.

 

Maurice GILBERT

Maurice Gilbert est un ancien des Facultés universitaires de Namur, dont il a été le recteur pendant six années (de 1993 à 1999). Exégète et grand spécialiste des Écritures saintes – en particulier la littérature sapientielle contenue, notamment, dans les Proverbes, le Siracide ou le Livre de la Sagesse –, le Père Gilbert a écrit plusieurs livres et articles de référence en la matière et on ne compte plus le nombre de cours, retraites ou séminaires qu’il a donnés et qui ont bénéficié de son éclairage. Arrivé à Luxembourg en 2011, le Père Maurice est le supérieur de la Communauté jésuite depuis le 1er février 2012. Outre les responsabilités importantes qu’il assume dans le cadre de cette fonction, le Père Maurice partage son temps entre la recherche et l’enseignement des Écritures, notamment à l’École biblique de Jérusalem, et la prédication ainsi que l’animation de différentes retraites en Belgique, en France ou au Luxembourg. Nombreux sont ceux d’entre nous qui se souviennent encore avec reconnaissance de notre récollection de 2012, consacrée au Livre de la Sagesse, ou des conférences de Carême sur les livres de Job et de l’Emmanuel ou sur la première épître de Saint-Paul apôtre aux Corinthiens.

 

Jacques DE L’ARBRE

Né dans les Ardennes flamandes en septembre 1932, dans une famille où la foi occupait une place centrale – sur les sept enfants que comptait la famille de l’Arbre, cinq d’entre eux ont en effet décidé de consacrer leur vie à Dieu ! –, Jacques de l’Arbre est bien connu des anciens de notre communauté dominicale puisqu’il est arrivé à Luxembourg voici plus de quarante ans, en 1973, à une époque où la Communauté du Christ-Roi avait un visage bien différent de celui qu’il présente à l’heure actuelle. Après dix années de ministères fructueux au Grand-Duché, le Père Jacques a été envoyé déployer ses talents d’animateur et de prédicateur à Louvain-la-Neuve (Belgique), avant de revenir au Luxembourg, pour de bon cette fois, en 1991. Depuis cette époque, il parcourt inlassablement le Grand-Duché pour annoncer la Bonne Nouvelle – qui lui est chevillée au corps – et pour soutenir ou remplacer les prêtres du diocèse. C’est à Jacques qu’ont été confiées, notamment, en alternance avec le Père Meyers, la responsabilité des célébrations du dimanche midi à la cathédrale de Luxembourg et, une semaine sur deux, celles du dimanche soir à la chapelle du Glacis, ainsi que l’animation de l’antenne « Kirchberg » de la paroisse européenne. Avec les Pères Meyers et Weisshaupt, le Père de l’Arbre assure en outre, une semaine par mois, la permanence spirituelle auprès du Centre hospitalier de Luxembourg et de l’hôpital du Kirchberg. Une tâche essentielle qu’il assure en toute discrétion avec ses confrères, à toute heure du jour comme… de la nuit !

 

Jean POELMANS

Âgé de près de 90 ans – il est né dans le Limbourg belge en 1925 –, le Père Poelmans est à la fois le plus ancien membre de la Communauté jésuite de Luxembourg, à laquelle il est affecté depuis le 1er septembre 1960, et… le plus discret. Ce n’est pas pour autant le moins actif ! Engagé depuis de très nombreuses années auprès des jeunes placés en foyers d’accueil et des familles en difficultés, le Père Jean se dépense sans compter pour leur procurer aide et réconfort, tant sur le plan spirituel que sur le plan matériel, notamment par la collecte de livres et de vêtements ou par l’accompagnement des jeunes dans la réalisation de leurs devoirs scolaires. Homme de prière, le Père Poelmans célèbre également, depuis plus de quarante ans, l’eucharistie dominicale dans la paroisse du Limpertsberg, en même temps qu’il anime ou conseille plusieurs équipes et groupes de partage. Enfin, sa fonction de bibliothécaire ne saurait être passée sous silence. Le Père Jean est en effet le membre de la Communauté qui a été désigné pour rassembler, classer et répertorier les nombreux ouvrages que compte la bibliothèque de nos bons pères. Une tâche dont il s’acquitte avec beaucoup de rigueur et de dévouement.

 

Emile GALÈS

C’est le doyen d’âge de la Communauté. Né sur les bords de la Moselle en octobre 1914 – alors que la « grande guerre » venait d’éclater –, le Père Émile fête cette année son centenaire. Un événement marquant pour notre communauté ! Arrivé comme missionnaire en Inde en 1946, le Père Galès a vécu de près tous les bouleversements qu’allait connaître cet immense pays au cours des décennies suivantes, ce qui l’a amené, notamment, à rencontrer le Mahatma Gandhi, le Père De Mello ou Mère Theresa de Calcutta. Après avoir assumé diverses fonctions pastorales et dirigé plusieurs collèges ou séminaires, le Père Émile est rentré au pays en 1988, où il jouit d’un repos bien mérité. Même s’il ne réside plus à la maison du Christ-Roi – le Père Émile réside en effet, depuis 2012, à la séniorie Saint-Jean de la Croix, à Luxembourg –, il est toujours dans une forme étonnante. Priant, selon la formule consacrée,  pour « le monde, l’Église et la Compagnie », le Père Galès se tient régulièrement informé de l’actualité nationale et internationale et continue à compiler, dans ses célèbres carnets – il en possède près de deux cents ! –, articles, photos, souvenirs et pensées. Si vous lui rendez visite, il se fera toujours un plaisir de vous les faire découvrir, autour d’un bon verre de bière ou de vin… de la Moselle bien sûr !

 

Portraits réalisés par Marc-André GAUDISSART

 

(Avec l’aide et la complicité de certains des Pères susmentionnés)

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle