Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie du dimanche de la Sainte Trinité A (Père Josy Birsens)

15 Jun 2014

Jean 3, 16-18

 

1. Qui est Dieu ? Cette question, on aimerait parfois l’éluder, tant il est difficile d’y répondre ou d’en parler de manière juste. Vos enfants en bas âge vous l’ont peut-être déjà posée et je suppose que ce fut un exercice difficile de trouver une réponse satisfaisante. Vos ados vous auront aussi déjà mis à l’épreuve en questionnant votre foi et celle de l’Eglise. Et que de contemporains nient l’existence même de Dieu ou tiennent, pour le moins, qu’on ne peut rien en dire de certain. Alors, les uns se résignent à n’en pas parler, les autres diront que de toute façon on ne peut rien en savoir de sûr, d’autres encore tiendront que toutes les opinions se valent et donc qu’aucune ne peut prétendre à la vérité.

Pourtant, la question vaut la peine d’être posée ! Quand on aime quelqu’un, on veut savoir qui il est, percer le plus possible le mystère de sa personne pour entrer plus profondément en relation avec lui/elle. Quitte à se laisser enseigner par la vie, à découvrir au fur et à mesure la personnalité de l’être aimé et à respecter la zone d’ombre qui l’entoure toujours. Qui prétendrait connaître quelqu’un totalement, nierait du même coup son unicité et son identité propre ! Il en va de même pour Dieu : nous ne pouvons pas ne pas vouloir savoir qui il est, mais nous sentons aussi qu’il échappe en bonne partie à notre compréhension. Plus fondamentalement, si nous l’avions compris, ce ne serait plus Dieu, mais un produit de notre esprit et donc une idole.

 

2. Le dimanche de la Trinité, l’Eglise nous invite à rester en contemplation face au mystère de Dieu, à le scruter amoureusement et avec humilité. Une manière d’aborder ce mystère sans le trahir, c’est d’utiliser des approches différentes, complémentaires, contradictoires même, qui expriment chacune une partie de la vérité. Ainsi, dans le livre de l’Exode (1ère lecture), Dieu révèle à la fois son mystère profond qui échappe à toute emprise et sa grande proximité. Moïse entend le nom même de Dieu : « Yahvé, le Seigneur », mais ce nom n’a rien d’évident. « Je suis celui qui est » est à la fois une révélation au sens fort du terme : la qualité première et suprême de Dieu, c’est d’exister, d’être (avec et pour, en relation et en chemin avec), et une nouvelle source de questionnements.

 

Si ce nom propre en est venu à représenter tellement l’unicité et la transcendance du Seigneur que le peuple d’Israël n’osait même pas le prononcer, il est accolé de termes de proximité et d’amour : « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de fidélité. » Là où le croyant risquerait de se sentir écrasé ou laissé seul face au mystère impénétrable du Dieu unique, l’Ecriture ajoute les qualifications tellement humaines d’amour maternel, de bienveillance totale et de proximité dans le présent et l’avenir. Et elle utilise ce qu’il y a de plus important pour la vie de l’homme : la relation, les sentiments, la protection pour l’appliquer à Dieu. Plus qu’un objet de connaissance, le Dieu d’Israël et de l’Eglise se donne à connaître dans l’expérience de ce qui lie les hommes entre eux et il les fait entrer dans une alliance avec lui.

 

3. Il en va de même dans l’évangile, et là nous pénétrons au cœur de la Trinité : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui obtiendra la vie éternelle. » (Jn 3,16) Jésus y révèle à Nicodème que Dieu est Père, tout entier don de lui-même à son Fils, et que son amour ne se réserve rien jalousement, mais partage le plus précieux à tous les hommes qui accordent leur confiance à son Fils. Dieu est donc en lui-même relation d’amour qui déborde de toute éternité pour le bonheur des êtres créés. Il les appelle à la vie et à à entrer librement dans une relation de confiance et de réciprocité. L’Esprit faisant le lien non seulement entre le Père et le Fils, mais encore entre tous les croyants et le Dieu de l’alliance.

La vie même de Dieu qui est ouverture à l’autre et don sans limites s’offre ainsi à tous ceux qui croient en lui à la suite de Jésus, l’image du Dieu invisible, le visage de Dieu. Dans cette démarche, l’Esprit-Saint nous guide et nous remplit, il nous entraîne à vivre de la vie même de Dieu qui est partage et don. Ainsi la connaissance de Dieu nous conduit à la charité fraternelle et nous entraîne dans la dynamique de vie qui est l’être même de la Sainte Trinité. En vivant toujours davantage de l’amour à l’image de Jésus, nous entrons davantage dans le mystère de Dieu et dans sa béatitude éternelle. Laissons-nous donc entraîner dans cette dynamique du Dieu-communion et célébrons dans la joie la fête du Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit !

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle