Articles récents
Please reload

Filtrer les articles
Please reload

Homélie de la vigile pascale A (Père Guy Delage s.j.)

18 Apr 2014

Matthieu 28, 1-10

 

« Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le crucifié. Il n’est pas ici, il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : il est ressuscité d’entre les morts ; il vous précède en Galilée, là vous le verrez ! »

Les paroles de l’ange ont de quoi surprendre. Il y a peu, le corps de Jésus mort gisait sur la croix avant d’y être décroché et déposé dans un tombeau juste avant que ne commence le sabbat. Des femmes en ont été témoins. Et voilà à présent que l’ange annonce à Marie-Madeleine et à l’autre Marie qu’il est ressuscité et qu’on peut le voir en Galilée. Comment croire en la résurrection de la chair que nous proclamons dans le credo alors que par expérience nous savons que tout corps mort porté en terre est voué à une décomposition certaine ?

 

La puissance de vie qui se déploie dans la résurrection du Christ ne fait pas de bruit. Deux femmes constatent que le tombeau est vide. Dieu se manifeste toujours dans la plus grande discrétion. Il donne le premier rôle à des femmes qui, dans la société de l’époque, n’avaient droit qu’à des seconds rôles. Et à partir de là la rumeur va se répandre : « Il est ressuscité », d’abord en Galilée, puis dans le bassin méditerranéen et enfin dans le monde entier jusqu’à nos jours.

La bonne nouvelle, partant de Jésus, s’élargit comme un rayon de lumière. A travers les siècles la splendeur du ressuscité illumine la terre entière. Mais si l’annonce de la résurrection n’avait été qu’une rumeur, les apôtres n’auraient pas pu construire les fondations de l’Eglise et les premières communautés chrétiennes n’auraient jamais vu le jour. Le Ressuscité ne veut nous atteindre qu’à travers notre foi. Sans cesse il frappe à la porte de notre cœur et si nous lui ouvrons, il se révèle à nous dans toute sa gloire.

 

Saint Paul nous dit que le chrétien, par son baptême, participe dès à présent à la résurrection de Jésus. Bérangère, Laurence et Mehran vous qui allez être baptisés sachez que le baptême nous plonge dans la mort du Christ et avec lui nous ressusciterons parce que nous croyons en la force de Dieu qui l’a ressuscité des morts.

Comme nous le disons dans le credo, nous croyons en la résurrection de la chair. La chair (basar en hébreu) veut dire ici que c’est l’homme entier qui participe à la résurrection du Christ. Ce n’est pas un double qui ressuscitera, mais bien notre personne avec tout ce qui constitue notre personnalité : notre capacité de créer, de communiquer, de manifester notre joie de vivre, d’aimer et d’être aimés.

 

Dans ce cas il est légitime de se poser la question : avec quel corps ressusciterons-nous ?

Pour y répondre, saint Paul dans la 1ère épître aux Corinthiens, utilise la comparaison du grain de semence tombée en terre que l’on retrouve dans l’évangile de saint Jean. Voilà ce qu’il dit : « Ce que tu sèmes ne prend vie qu’à condition de mourir (1Co15,37). »

Le corps mis en terre subit une transformation radicale qui est déjà mystérieusement amorcée par notre baptême. Une des préfaces de nos prières eucharistiques le dit en ces termes : « Déjà nous avons reçu les premiers dons de l’Esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts et nous vivons dans l’espérance que s’accomplisse en nous le mystère pascal. »

 

Soyons certains en ce soir de Pâques que nous percevons déjà ici et maintenant les prémices de la résurrection, résurrection que nous connaîtrons dans sa plénitude après notre mort.

Please reload

© 2014 Communauté Jésuite du Christ-Roi,  25 avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg

  • Facebook - Gris Cercle